Retour page d'accueil

FRESQUES MEDIEVALES DE LUSSAC LES CHATEAUX 

UN ENSEMBLE DE PEINTURES MURALES du XVè siècle INEDIT A LUSSAC LES CHATEAUX (Vienne): les fresques de la maison dite "LECLERC"

Le bulletin de la Société des Antiquaires de l'Ouest et des musées de Poitiers (dont je suis d'ailleurs membre) éditait au 3ème trimestre 1974 l'article suivant rédigé par Messieurs Yves-Jean RIOU et Jean-Pierre ROUSSEL .

 

Je me réjouis d'avoir été, en tant que Conseiller Municipal dans les années 90, le promoteur de cet ensemble et, convainquant le Conseil d'alors, d'avoir été aussi à l'origine de son acquisition par la municipalité pour la somme de 50000 francs d'alors. Responsable ensuite du Musée municipal en tant qu'adjoint au maire chargé du Patrimoine et du Tourisme, j'intervenais auprès de la responsable du CIAM (Centre international d'Art Mural de St Savin), Madame Van de Mortel pour intervention d'urgence. Le temps et le manque d'intérêt des élus des différentes époques (le batiment avait été proposé par la famille Leclerc aux différents Conseils Municipaux précédents sans que ceux-ci ne soient intéressés) fit que, la toiture les abritant s'étant effondrée (sans doute suite à l'enlèvement de différents matériaux...cheminée monumentale....fenêtre.... par un récupérateur de Chatellerault), le suintement des eaux de pluie atténua les couleurs des fresques...voire les firent carrément disparaître. 

Les capitaux très importants demandés par la directrice du CIAM pour une éventuelle dépose (qui aurait pu alimenter les fonds "mobiliers"du musée) nous interdirent toute intervention. Ces fresques sont aujourd'hui retombées dans l'oubli...Je souhaite qu'un érudit vienne à lire ces lignes et ait la bonne idée d'intervenir auprès des nouveaux élus...Pascal LE FALHER.

 

"Circonstances de la découverte:

Dans les années 1950 c'est en jouant au ballon contre le mur Est que les enfants  des propriétaires de l'époque mettent au jour le visage de la Vierge (tableau de l'Adoration des Mages). pendant les années suivantes, ils décapèrent peu à peu les murs, raclant avec des moyens de fortune le badigeon qui recouvrait les peintures (il n'est pas exclu, encore aujourd'hui, en 2002, que d'autres fresques demeurassent intactes sous le badigeon des murs sud et ouest).

Conditions d'exécution: totalement inconnues. On ne sait rien de l'affectation ancienne de l'édifice. Une tradition locale vise à faire de cette salle un ancien auditoire de justice: elle est dénuée de tout fondement d'autant que les thèmes des fresques du XVè sont avant tout religieux.... Avant l'enlèvement de la cheminée (destinée à une habitation de Chatellerault) on pouvait distinguer un blason peint sur son manteau... 

"Au mois d’avril 1969, Monsieur l’abbé Florentin Réix, chargé du• pré-inventaire des cantons de Montmorillon et de la Trimouillœ (Vienne), faisait appel à la Commission régionale d’Inventaire de Poitou-Charentes pour étudier et photographier un ensemble de peintures murales inédit, conservé à Lussac-les-Châteaux, qui risquait à tout moment de disparaître, étant donné l’état alarmant de l’immeuble qui les abritait. 

Cet ensemble se développait sur deux des murs d’une vaste salle d’environ 7 X 12 m [fig. 1], qui occupe entièrement le premier et unique étage d’une grande bâtisse rectangulaire, approximativement orientée nord-sud, située au centre du bourg, à proximité immédiate de la mairie. Le rez-de-chaussée, entièrement bouleversé par de• aménagements modernes, n’offre plus d’autre intérêt archéologique que la présence de quelques portes dont le linteau s’orne d’une simple accolade. La salle de l’étage, qui a conservé en majeure partie son ancien carrelage, semble ne jamais avoir été cloisonnée. Elle n’est éclairée que par une large baie percée au milieu du mur sud. On y accède par une porte ouverte dans le même mur, à gauche de la fenêtre. Deux autres portes à linteau en accolade, aujourd’hui murées, étaient percées, l’une à l’extrémité droite du mur est et l’autre, au milieu du mur nord. Une dernière porte, située dans I angle nord-est, semble avoir fait communiquer cette salle avec un autre bàtiment, peut-être une tour, aujourd’hui disparu. Contre le mur ouest enfin était adossée une monumentale cheminée. 

Les quatre murs sont recouverts d’une couche épaisse de crépi qui, au nord et au sud, est brusquement interrompu à hauteur d’une rangée de corbeaux indiquant le niveau du plancher de l’étage sous combles (1). A l’est, le crépi est partiellement tombé, et avec lui une portion non négligeable du décor peint. Celui-ci se compose de quatre "tableaux" de tailles différentes et sans liens apparents entre eux: tableau a "quatre scènes de l'enfance du Christ (Annonce aux bergers,Nativité,Chevauchée des Mages, Adoration des Mages"; tableau b "Crucifixion"; tableau c 'Cueillette des fruits"; tableau d "Hommes d'armes".

Les peintures murales que nous venons de décrire ont d'autant plus d'intérêt que trois des plus célèbres ensembles de fresques exécutés en poitou au XV è siècle se trouvent à moins de vingt kilomètres de là, au nord-est de Lussac, dans la vallée de la Gartempe. Il s'agit des peintures d'Antigny, de Boismorand et de Jouhet, qui forment un groupe assez homogène, bien connu et daté avec une relative précision. Au surplus, tous trois nous offrent eux aussi des figurations de la Nativité, de l'Annonce aux bergers et de l'Adoration des mages.

Force nous est de constater cependant qu'il n'existe pas la moindre parenté iconographique ou stylistique entre ces oeuvres et les fresques de Lussac. Ces dernières sont d'un esprit tout différent, à la fois plus monumental et plus élaboré.On en regrettera d'autant plus que les craintes de Monsieur l'abbé Reix n'aient pas été vaines: tout récemment, la cheminée et les portes de la salle aux fresques ont été vendues. Leur démontage a causé la disparition d'une partie des peintures du mur nord. Le tiers inférieur de la Cueillette des fruits (donc les personnages) n'est plus, et, des Hommes d'armes, seuls subsistent les deux de droite. C'est une bien maigre consolation que de constater que le dossier que nous avons établi est là pour perpétuer le souvenir de cet intéressant ensemble! "

 

Etat actuel:........

   

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                       RETOUR