PREHISTORIA

ou  

LA VALLEE DES PREMIERS HOMMES

à

LUSSAC LES CHATEAUX

Ce projet déposé par moi-même auprès de la commune de Lussac  et du Conseil Général  aurait du voir le jour il y a quelques années et attirer plus de 100000 visiteurs/an. N'ayant pas souhaité me représenter et bien que les terrains aient été acquis par la municipalité cette réalisation ne verra pas le jour! Dommage. Pendant ce temps Civaux a poursuivi ses démarches vers le sien: La planète aux crocodiles...une serre présentant, entres autres, de nombreux crocodiles qui attirent près de 90000 visiteurs par an. Le maire, Hervé Jaspart souhaite d'ailleurs faire évoluer le site. Ce type de réalisation ne peut qu'apporter un coup de fouet à l'économie cantonale et surtout locale.

Validé par M. René Monory lorsqu'il était président du Conseil général et président du Sénat ainsi qu'alors par M. Jean Pierre Raffarin, président de région, M. Alain Fouché, président des OTSI, et l'ancien maire de Lussac M. Jean-Claude Compain il était un excellent atout pour dynamiser Lussac. L'idée: un centre pédagogique sur le thème de nos origines, car Lussac les Châteaux est bien connu comme haut-lieu de la Préhistoire.

Voici le rapport du Conseil Général présenté au Conseil Municipal en septembre 1999 et validé par ce dernier:

"Un certain nombre de parcs préhistoriques se sont implantés à proximité de zones devenues célèbres grâce aux découvertes des archéologues et paléontologues. Le Périgord a ainsi vu la création de parcs, tels que "Préhistoparc" ou "le Thot", ainsi que de nombreuses reconstitutions sur le thème de la préhistoire (Préhistorama de M. Granqvist en Ardèche et dans le Gard) http://www.hominides.com/html/lieux/prehistorama-musee-evolution-homme.html qui ont connu des succès importants, avec plusieurs dizaines de milliers de visiteurs chaque année.

Le projet de Lussac les Châteaux a déjà sa propre identité, il s'appelle "Préhistoria, La Vallée des Premiers Hommes" et s'inspire de certains de ces parcs.

Quelle que soit l'époque traitée, on constate que les sites les plus visités bénéficient d'atouts identiques: implantés dans de zones très touristiques, ils présentent des reconstitutions grandeur nature de scènes de vie préhistorique. Le succès du parc ne dépend pas de l'importance des investissements de départ.

Les plus gros succès sont le fait de personnes privées (!!) tandis que les gestions publiques laissent apparaître des résultats mitigés (ex: le Thot).

L'analyse des reconstitutions des différents parcs révèle quels sont les points forts de ce type d'animation:

* le scénario proposé au visiteur est le meilleur facteur de succès;

* la qualité plastique des présentations doit être irréprochable, de même que les animations sonores ou les éclairages;

* la présentation pédagogique et scientifique, souvent au second plan, reste importante pour répondre aux interrogations suscitées par les scènes préhistoriques (ndl'a: à noter que mon projet liait le Préhistoria et le Musée de préhistoire de telle sorte que l'activité commerciale locale puisse profiter de l'afflux de visiteurs).

Le projet de Lussac les Châteaux s'inscrira dans la dynamique touristique de la Vienne, mais devra cependant développer sa propre notoriété, en matière de préhistoire, vis à vis du grand public.

UN SITE IDEAL POUR LE PROJET  

Le terrain choisi peut être comparé à celui du Préhistoparc en Dordogne. Il s'agit d'une petite vallée encaissée au milieu de laquelle coule un ruisseau, le "Petit-Age". Les critères qui ont amené à choisir ce site sont les suivants:

* facilité d'accès pour les milliers de visiteurs escomptés,

* espace disponible adéquat,

* tranquilité de l'environnement, car on ne doit pas entendre de camions dans un site préhistorique...

* proximité du bourg

* beauté naturelle et sauvage, permettant de limiter les travaux d'aménagement.

Après validation par la DRACC, les batiments de france et le conseil municipal c'est un nouveau musée qui voit le jour à Lussac courant l'été 2010. Ce musée (labellisé musée de france mais présentant des collections 100 fois moindres que l'ancien) essentiellement destiné, malheureusement, à mettre en valeur la préhistoire ( Madame de Montespan et Chandos, l'histoire romaine etc...sont relégués aux oubliettes) n'attire pas les foules.

Intégré dans le pôle "culturel" comportant MJC, médiathèque et salle d'exposition présentant des '"oeuvres" particulièrement contemporaines, le nouveau musée, ouvert maintenant il y a 4 ans, a perdu le nom de l'un de ses fondateurs, Monsieur Raymond Touchard. Il se confond dans un univers dit de "La Sabline" souhaité par certains "érudits" locaux qui ne connaissent rien ni de la "communication" ni des bases fondamentales du "tourisme". L'opération aura pourtant couté la bagatelle de 2,5 millions d'€.......100 fois plus que Préhistoria !!!!!

800000€ ont complété l'opération car les inventeurs du blokauss n'avaient pas pensé qu'il y avait incompatibilité à utiliser le pôle culturel pour la petite enfance et la réception des visiteurs du musée (les enfants jouaient dans la cour aménagée pour le basket ou autre sport (!!)....les grilles étant fermées par sécurité: drôle d'accueil!!!!). Entre l'aménagement de la MJC qui mériterait plutôt de porter le nom de "Maison pour Tous" et ces autres réalisations, le coût global est de l'ordre de 8 millions d'euros.

Les panneaux directionnels implantés sur la voie publique proposent bien à se rendre à la Sabline. Problême: pour les visiteurs de l'extérieur l'appellation "la Sabline" n'invite en rien à découvrir le musée de préhistoire de portée internationale!

La RN 147 ne comporte, elle non plus, aucun message invitant chacun des milliers d'automobilistes passant par Lussac à s'arrêter pour venir découvrir le musée. Par contre des panneaux informant de l'existence de la Cite de l'Ecrit à Montmorillon, de la Cité des Aigles à Chauvigny, des serpents à La Trimouille, ou des fresques de Saint Savin mettent en valeur ces sites.Ils sont implantés sur la commune de Lussac en direction de Limoges. Aucunement le musée.

J'invite les futurs élus à se préoccuper d'une meilleure communication et à s'intéresser à aider à la conception d'un musée complémentaire pour l'histoire de notre commune.....à commencer par faire savoir que Madame de Montespan y est née le 31 octobre 1640.

Retour page d'accueil